APA-ER_mail1961Scan-0382

0382

          
Meine [Cheune] little querida.

J’ai d’affreux moments d’attente en tout points. Ai mon corps éclaté en mille molécules mal à l’aise à chacune de leur place et dissociées irrémédiablement. J’attends des nouvelles, j’attends le soleil, j’attends mes expos, j’attends du fric avec le dégoût et l’écœurement de l’effort social nécessaire pour ce faire. J’attends toi, j’attends moi, j’attends ma nuit, mon sommeil et je suis anxieux de le rencontrer et le poursuis inlassablement, j’attends le lendemain, j’attends des catastrophes, j’attends des bonheurs inouïs (dans le sens où en a jamais entendu parler), j’attends ton regard, j’attends, j’attends la suite, la suite que je dois créer et vivre, j’attends parce que je suis debout et qu’à aucun moment ne me viendra le soucis de m’asseoir, mon cœur bat trop vite pour cela et pas assez pour voler plus vite que toute attente.
Je t’aime et vis mal sans toi ce soir je vais essayer des glycérophtaliques nouvelle technique pour moi on verra. J’ai fait un grand cachet terminé hier soir qui est un peu inquiétant car il décroche l’œil et et je sais pas. J’ai tout à coup l’impression que rien ne marchera car je […] toujours trop loin, profondément le fer dans le bois et ma pensée aigüe te cherche.
                                arman