APA-ER_mail1960Scan-0373

373
Monelia

    Je rentre de cinéma avec Brissot et [Esmet] revu « OK Corral » beau et solide western. Mais un léger inconvénient à la sortie : une dizaine de jeunes nord - africains ont manqué de respect à [Esmet], ils lui ont lancé une main non équivoque aux fesses. Je n’ai pas marché et je me suis payé le plus costaud mais pendant que je m’expliquais sans trop de mal avec lui les autres me sont tombé dessus le dos et à qui mieux mieux à coups de pieds, de poings etc. ont essayé de me faire passer le gout du film. Jacques après avoir essuyé un coup de poing s’est taillé et j’ai dégusté une bonne punition néanmoins grâce à ma bonne musculature et à quelques bons principes je n’ai pas attrapé trop de mauvais coups. L’ennuyeux c’est que mon complet neuf à besoin de 3 stoppages et que j’ai quelque bleus - voilà le résultat d’un sang un peu trop vif et de la confiance en la loyauté des gens - bahh la prochaine fois je serai plus rapide et nettoierai plus vite le premier pour mieux m’occuper des autres.
    Mon tendre cœur j’ai peut-être tort, j’ai peut-être pas tort, mais j’ai la conviction qu’en suivant une ligne de conduite en rapport avec ma destinée je dois gagner - j’ai néanmoins mauvaise conscience envers mes parents car il est évident que je leur dois beaucoup plus que je ne pourrais leur rendre - de plus il y a toi que je considère, sans les enfants, simplement toi en soi qui m’a néanmoins fais ce que je suis et m’a armé pour ce combat et même m’y a conduit, je crois qu’il ne faut jamais se reprocher un acte ou un demi acte et même un quart. Les conséquences sont la poire et l’emballage et il faut les payer gravement, la fable de l’apprenti sorcier a été développée pour cela, pour ma part je l’accepte. Je te demande en tant que ma femme, ma compagne, de m’accompagner dans la mesure de tes forces dans cette vie qui est désormais la mienne, de m’y accompagner même si le but t’est étranger et peut être désagréable – c’est moi qui suis toi et non mon aventure, si j’étais un soldat je ne te demanderais pas de prendre part au combat mais de venir près de moi lorsque c’est possible - si j’étais mineur pas de descendre au charbon mais d’être prête à enlever le noir de mes pores. De plus, et en justice, je ne crois pas qu’il soit nécessaire que tu juges le valable ou non de ma démarche car il n’est aucune guerre juste mais dans toute guerre des hommes justes. Et crois-moi que dans ce que j’entreprends j’aurais à cœur d’être un homme juste ayant le moins possible à souffrir de quelque compromission que ce soit. Je n’ai aucune illusion sur les rapports avec l’infini, l’absolu, le spirituel et ce que je fais mais je pense qu’en n’importe quelle activité l’intérêt présenté en est un Sisyphe éternel la possibilité de s’user, se polir, se briser et faire. Eliane je connais mes limites (cf. Restany) et ne me leurre point, je n’ai rien d’un demi-dieu et rien d’un héros, je crois être un homme et avoir mes faiblesses, prends moi entier avec port et emballage compris ce ne sera pas toujours facile. Mais bon Dieu toi aussi tu auras ton rocher à rouler jusqu’au sommet même si ce sommet ne représente dans l’avenir que beaucoup de peines si ces peines et ces joies dépensées le sont en conscience je veux espérer que tout le monde y trouvera son compte toi, moi, les enfants, les dieux, les héros et le temps.
    Ma main sur ton épaule, mon regard dans le tien, et la plus grande confiance dans toutes les bonnes et les mauvaises étoiles.
    ton arman
PS : (je dois être en fer car après l’immense corrida que j’ai prise (dans le genre lynchage au Congo) je n’ai presque rien). (C’est comme pour l’accident Heidelberg)